Le monastère Amarbayasgalant

Le monastère d'Amarbayasgalant, dont le nom signifie « monastère de la félicité tranquille », se situe près de la rivière Selenge, au pied du mont Burenkhan. C’est l’un des trois plus grands monastères de Mongolie. Il fut construit au XVIIIème siècle par l’empereur mandchou Enkh Amgalan Khan en mémoire du premier Bogd Gegeen, Zanabazar, et afin d’y déposer ses restes. Les travaux de construction débutèrent en 1727 et finirent en 1737. 1200 langs (= 3730 kg) d'argent provenant des caisses de l'Etat furent utilisés pour édifier ce somptueux monastère. L’empereur écrivit de sa main, et en quatre langues (mongol, tibétain, mandchou et chinois), un message symbolisant sa protection et sa tutelle. Celui-ci se trouvait sur une pancarte suspendue à l’entrée du temple central. C’est un des rares monastères à avoir échappé partiellement à la destruction de 1937 par les soviétiques. Les bâtiments de la partie centrale furent épargnés, tandis que les thangkas, les statues et autres manuscrits furent pillés. L'ensemble des moines dirigeant les lieux furent exécutés et le monastère laissé à l'abandon pendant 50 ans. Depuis 1988, les moines restaurent le monastère et de nouvelles statues ont été commandées à New Delhi, Inde.

Ce monastère fait preuve d’une grande unité architecturale. Le style général est chinois, avec des influences mongoles et tibétaines. Le plan général est symétrique et les bâtiments principaux se suivent le long d'un axe nord-sud ; les bâtiments secondaires sont situés sur des axes latéraux parallèles.

Aujourd’hui, vous pouvez admirez 28 constructions dont un temple de deux étages d’une superficie de 32 m². Il est actuellement ouvert au culte. Cette remarquable construction s'élève fièrement du haut de ses 300 ans d'histoire.

Newsletter
Recevez en exclusivité les dernières infos de l'agence Horseback Mongolia ainsi que des bons plans pour votre prochain séjour !
Votre nom
Votre Email
2016 (C) Horseback Mongolia