Le chamanisme en Mongolie (dossier)

Le chamanisme en Mongolie (dossier)

04 juil. 2019

Le chamanisme n’est ni une religion, ni un mode de vie. C’est un ensemble de croyances dictées par uneconception holistique et animiste du monde. Présent en Mongolie depuis la nuit des temps, le chamanisme vise à trouver l’équilibre entre l’homme et l’environnement dans lequel il vit. Puisqu’il n’est pas facile de l’expliquer, on a tendance à voir le chamanisme comme une forme de sorcellerie. Pourtant, les chamanes ont des pouvoirs insoupçonnés dont vous serez étonné si vous partez à leur rencontre ! Définition et origines du chamanisme, chamanisme et bouddhisme, rôles etrituels des chamanes… On vous explique tout sur le chamanisme en Mongolie.

1. Qu'est-ce que le chamanisme ?

Le chamanisme est l’une des plus anciennes pratiques spirituelles au monde. Elle ne se base pas sur la foi en un dieu mais plutôt sur l’animisme, c’est-à-dire, une croyance qui attribue une âme et un esprit à tous les êtres vivants et à tous les éléments qui composent la nature. En ce sens, le chamanisme met en corrélation plusieurs mondes : celui qui est visible et perceptible et ceux que l’on ne voit pas, à savoir le monde des esprits, le monde de purgatoire, le monde des eaux et le monde des gardiens de la nature.

Il n’y a ni doctrine ni écritures saintes dans le chamanisme. En revanche, les chamanes pratiquent un certains nombres de rituels (cf partie 7) pour entrer en contact avec les entités supérieures ainsi que les esprits. Cela peut concerner les âmes des animaux, les morts et ancêtres du peuple, les âmes des malades à guérir ou des enfants à naître…

  Le chamanisme en Mongolie (dossier)  

2. Origines du chamanisme

Le chamanisme puise ses origines en Sibérie et plus précisément dans les montagnes de l’Altaï avec la tribu des Toungouses. En Mongolie, le chamanisme est la plus ancienne croyance du peuple. Elle a même été proclamée religion officielle de l’Empire mongol au 13ème siècle. Les mongols pratiquaient surtout letengrisme, une forme de chamanisme animiste polythéiste issue des anciennes religions turques. Cette forme de chamanisme a été popularisée en Mongolie par le biais de Genghis Khan, fondateur de l’Empire mongol. Mais le chamanisme mongol comprend aussi d’autres formes comme le chamanisme jaune, influencé par le bouddhisme tibétain (cf partie 3) ou encore le chamanisme noir ou blanc.

Au fil du temps, le chamanisme mongol n’a eu de cesse que de se confronter aux courants bouddhistes. Sans parler de l’arrivée du communisme qui avait en ligne de mire, les traditions et les religions. Ainsi, jusqu’en 1995, les chamans qui pratiquaient leurs rituels étaient passibles de prison. Ce n’est qu’à la fin du communisme que le chamanisme retrouve son essor et continue de se développer sous plusieurs influences en épousant d’autres doctrines et religions.

Aujourd’hui, le chamanisme continue à être pratiqué en Mongolie et on le retrouve majoritairement dans le quotidien de groupes ethniques comme les Darkhads, Buryat Khotgoid, Uriankhais et les Tsaatans . Le chamanisme est aussi pratiqué par de multiples peuples partout dans le monde de l’Asie à l’Afrique en passant par l’Amérique ou encore l’Australie !

3. Le chamanisme et le bouddhisme

A la fois concurrents et complémentaires, le chamanisme et le bouddhisme se sont succédés l’un à l’autre plus d’une fois en Mongolie. Et bien que le bouddhisme soit la religion officielle aujourd’hui, il n’a pas toujours été une évidence auprès de la population. En effet, les gens du peuple ont longtemps suivi les pratiques ancestrales chamanistes et ce, même lorsque le bouddhisme était une religion d’état. A tel point qu’une forme de chamanisme d’influence bouddhiste a été créée. Il s’agit du chamanisme jaune ! Celui-ci fait référence aux bonnets jaunes (Gelugpa) du bouddhisme tibétain et s’inspire donc de pratiques bouddhistes. Ce type de chamanisme est encore pratiqué aujourd’hui par les mongols Khalkha .

4. Qui sont les chamanes ?

Les chamanes sont des hommes ou des femmes qui ont été choisis par les esprits ou par transmission héréditaire pour leurs pouvoirs curatifs. Devenir chaman ne s’apprend pas et personne ne peut l’enseigner. Pour le chaman, le chamanisme n’est pas un choix de vie, c’est un don donné par la nature pour assurer une certaine harmonie entre l’homme et le monde. C’est pourquoi le chaman ne peut pas se détourner de ses missions et doit prendre son rôle très au sérieux.

5. La maladie du chamane

Comme on vous le disait, on ne devient pas chamane, on né chamane. La sélection du chaman se réalise par un procédé connu sous le nom de « la touche de l’esprit ». Pour découvrir ses pouvoirs, le chaman doit connaître et affronter la maladie initiatique. Les symptômes sont décrits comme étant conventionnels et plus ou moins attendus et provoqués.

Lors de la cérémonie, l’individu entre en transe. S’il s’évanouit, cela indique son entrée dans le monde du chamanisme. C’est à ce moment que les ancêtres emmènent l’âme du futur chamane pour qu’il puisse être instruit. La maladie du chaman peut durer quelques jours voire plusieurs années. Il est coutume de croire que si le candidat désigné par les esprits, ne devient pas chaman après avoir traversé cette maladie initiatique, il risque de mourir. C’est dire à quel point il joue un rôle déterminant au sein des peuples mongols de croyance chamaniques...

  Le chamanisme en Mongolie (dossier)  

6. Le rôle des chamanes

En Mongolie, on les surnomme les relayeurs car ce sont eux qui sont les intermédiaires entre les humains et les autres mondes. Mais au-delà de cette fonction, les chamanes jouent un rôle très important dans le fonctionnement social d’un peuple, d’une communauté ou d’une société . Ce sont des guides et maîtres spirituels, des guérisseurs et protecteurs que tout le monde écoute et respecte au quotidien. Ce sont eux qui vont guérir le corps et l’âme, nommer les enfants, accompagner l’âme des morts, communiquer avec la nature pour faire venir la pluie ou du gibier…

Bien sûr, les rituels dépendent d’une région à une autre et tous les chamanes peuvent les personnaliser. Afin de communiquer avec les esprits, ils peuvent pratiquer diverses formes de rituels pour entrer en transe. La plupart du temps, il s’agit d’une danse rythmée aux battements de tambour. D’autres chantent et certains consomment de l’alcool, de l’herbe et autres plantes hallucinogènes durant le rituel pour ouvrir les perceptions. Le voyage au tambour est caractéristique du chamanisme nord-asiatique. Ainsi, les chamanes mongols utilisent le tambour pour atteindre l’état de transe. Ce n’est pas pour rien que dans la langue evenki (langue toungouse de la Mongolie), le mot shama se traduit par « danser, remuer, s’agiter, bondir »…

7. La transe du chaman

Pour communiquer avec les esprits, le chaman doit atteindre un état de conscience modifié. En d’autres mots, le chaman doit se mettre dans un état psycho-physiologique particulier qui, par le biais de l’extase, lui permet de franchir les limites de la conscience rationnelle et ainsi communiquer avec les autres mondes. La plupart du temps, l’état de transe est représenté par une expression corporelle dont les tremblements sont évocateurs de la présence d’esprit(s) dans le corps du chaman.

Les outils utilisés pour rentrer en transe sont nombreux. En Mongolie, le tambour est un objet sacré puisque c’est lui qui permet au chaman de rentrer en contact avec les esprits. D’ailleurs, le tambour chamanique est considéré comme un trésor national mongol. Il est strictement interdit de quitter le sol avec cet objet de grande valeur symbolique. Outre le tambour, le chamane a d'autres accessoires comme laguimbarde, un miroir, des cailloux (au nombre de 41) ou encore des petites poupées en tissu.

Lorsqu’un chaman entre en transe, les esprits se manifestent. On entend souvent dire que ces derniers prennent la forme d’animaux sauvages comme le loup, la chouette, l’ours… Une conversation intime a alors lieu entre le chaman et les esprits . Le chaman peut offrir des offrandes aux esprits qu’ils rencontrent et lorsque le rituel se termine, il prend soin de partager les messages et les réponses des esprits aux questions du peuple. Lors d’unétat de transe, le chaman subit uneperte de la notion de l’espace et du temps. Il a desvisions et peut ressentir une diminution de la perception de la douleur et à l’inverse, une augmentation des forces physiques. Une transe peut être si violente que le chaman doit être accompagné d’un assistant qui intervient en cas de besoin.

Partez à la rencontre des chamanes

Pour découvrir les secrets et lesmystères des rituels chamaniques, rien de tel qu’une immersion au sein des tribus mongoles. Profitez d’un voyage en Mongolie pour partir à la rencontre de certains peuples aux croyances chamanes. Vous pouvez séjourner dans les steppes https://www.voyage-mongolie.com/circuit/chamanisme-dans-la-steppe en compagnie d’un chaman et de son assistant qui vous apprendront les rituels et vous initieront la méditation chamaniste. Pour une aventure hors du temps, chevauchez la taïga pour atteindre les campements des Tsaatans https://www.voyage-mongolie.com/circuit/coeur-chaman et découvrir leurs traditions chamanistes.

Et si le chamanisme vous intéresse, ne loupez pas le Festival du Chamanisme https://www.voyage-mongolie.com/festival-du-chamanisme-en-mongolie qui a lieu tous les ans en Mongolie au mois de juin ou de septembre. Cette manifestation rassemble des chamans du monde entier venus partager leurs savoirs et leurs pouvoirs…

Une chose est sûre, si vous rencontrez un véritable chaman, vous serez marqué à jamais par cette expérience…

 

Florine Dergelet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *
rosine BIGOT
28 juillet 2019
article très intéressant,qui me donne envie d'en savoir plus sur place et de rencontrer ce peuple mongol et des chamans authentiques et non déformés par le tourisme (qui abime tant de choses partout dans le monde). j'aime l'idée du nomadisme, de voyager à cheval,de s'occuper des animaux, et la vie au contact de la nature. je précise que j'ai dépassé 70 ans; il faut le savoir !! et que je suis allergique aux produits laitiers . J ai fait des randonnées à cheval, en France, mais c'était il y a 40 ans !!!
Sylvain RECOURASverified
29 juillet 2019
Bonjour Rosine, et merci pour votre commentaire. Le séjour Chamanisme dans la steppe peut être intéressant pour vous : https://www.voyage-mongolie.com/circuit/chamanisme-dans-la-steppe Il s'agit d'un circuit que nous avons conçu il y a 5 ans avec le responsable de la fédération des chamans de Mongolie. Ce voyage est accompagné donc par un chaman qui tous les jours consacre au groupe 1 à 2 heures pour donner des enseignements sur le chamanisme en Mongolie : ses origines, le symbolisme, et les pratiques actuelles, avec également des cérémonies en steppe, et possibilité de soin. Nous visitons ainsi plusieurs incontournables da la Mongolie : le mini Gobi dans le parc national de Khogno Khan, la vallée de l'orkhon, Karakorum, les sources chaudes de Tsenkher ou encore le parc national de Khustai. À chaque endroit on prend le temps de visiter les hauts lieux de la spiritualité en Mongolie. On termine le voyage en prenant le transsibérien jusqu'à Sainshand dans le désert où se trouve le Shambala et le centre énergétique.
Répondre
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Sylvain de "Horseback Mongolia". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Prix d'un appel local
(+33) 09 70 19 62 80