Vers un Zud noir en Mongolie cette année ?

La Mongolie est un pays froid, très froid en hiver, entre Décembre et Mars. La capitale Oulan Bator est elle-même considérée la ville la plus froide du monde (un exemple cette année, avec des températures inférieures à celles constatées en Antarctique), mais il faut bien comprendre qu’à la campagne, les températures descendent encore bien plus bas.

Cette année il n’est pas rare de voir des températures en campagne qui oscillent aux alentours de -50 degrés celsius.

Le plus inquiétant est que non seulement les températures chutent, mais la neige tombe également en abondance, couvrant les pâturages et rendant difficiles les conditions de vie pour le bétail. Cet hiver, la neige couvre près de 90% du territoire en Mongolie, une situation très problématique pour les éleveurs. Les températures ont été très basse depuis Novembre, avec des moyennes de -25 a -38 degrés jusqu’à présent. Cette situation affecterait 965.000 personnes dans tout le pays selon le Centre d’Information et de Recherche de l’Institut de Météorologie, d’Hydrologie et de l’Environnement de Mongolie.

 

On appelle communément cela le Zud en Mongol (prononcez « Dzoud »), ou période climatique extrême, caractérisée par un hiver particulièrement enneigé, qui force le bétail à trouver de plus en plus difficilement leur nourriture à travers une épaisse couche de neige. Souvent d’autres éléments comme le froid et la glace rendent les conditions de vie tout simplement impossible aux animaux, qui meurent en masse. Ceci a été le cas au tout début du 21eme siècle, entre 2000 et 2002, période durant laquelle les 3 hivers successifs ont décimé une grosse partie du cheptel mongol : 11 millions d’animaux.

Plusieurs types de Zud sont appelés par les mongols :

– le Zud blanc (énormément de neige : les pâturages sont recouverts et les animaux ne peuvent accéder à leur nourriture)

– le Zud de glace ou Zud de fer (des pluies verglaçantes)

– le Zud noir est causé par une pénurie de production de nourriture en été et l’hiver suivant est très froid, ayant pour conséquence que de nombreux animaux meurent, n’ayant pas pu subsister aux températures.

Pour parer aux dures conditions de l’hiver Mongol, les éleveurs récoltent du foin pendant l’été, en guise de fourrage. Ils amassent également les excréments séchés, les Khurjun, pour les utiliser comme combustible, et suivant les cas, peuvent les empiler sous forme de murs pour protéger les animaux des vents.

 

Cette année le Zud affecte directement 50 Soums (districts) dans 16 Aimags (provinces) de Mongolie, et 120 autres Soums sur 20 Aimags se préparent à subir cette vague de froid.

Avec un été relativement sec et une baisse des récoltes en 2015, on peut s’attendre a connaître un veritable Zud noir en 2016, avec des conditions toutes aussi terribles qu’il y a 6 ans selon les analystes (en 2009-2010, près de 20% du bétail n’avait pas survécu). Une vidéo circule en ce moment sur Facebook sur ce phénomène qui est très impressionnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter
Recevez en exclusivité les dernières infos de l'agence Horseback Mongolia ainsi que des bons plans pour votre prochain séjour !
Votre nom
Votre Email
2016 (C) Horseback Mongolia