Jouets et jeux traditionnels de Mongolie

Les jeux traditionnels mongols peuvent être regroupés en deux genres, selon qu’ils utilisent des matériaux simples et facilement disponibles tels les pierres, batons ou encore les os d’animaux, et les jeux utilisant des objets crées, notamment des objets peints ou taillés.

Les jeux de la première catégorie sont connectés symboliquement à la nature ou au mode de vie nomade, mimant un rite et caractérisés par la simplicité de leurs règles. Le plus simple de ces jeux est l’ail ger (« Le foyer familial »).

Le jeu mongol le plus atypique est le Shagai, ou les « osselets », qui comme son nom le suggère se joue avec des osselets de mouton nettoyés et polis. Un des jeux le plus commun joué avec le shagai est la « course de chevaux ».

L’Alag Malkhii, ou « la tortue multicolore », est considéré comme le jeu symbolisant le mieux la richesse en Mongolie. En plus de divertissement, ce jeu, s’il est joué pour le nouvel an, est supposé porter chance et prospérité à la famille et fertilité à ses animaux.

Les jeux de la deuxième catégorie – qui inclut les cartes, les échecs mongols, les dominos et les puzzles – sont associés à des activités sociales ou artistiques, et sont normalement plus sophistiqués, exigeant de plus grandes compétences intellectuelles

Les jeux utilisant des parties peintes ou taillées incluent les cartes, les échecs, les dominos, et le khorol (un jeu similaire aux dominos, utilisant les douze animaux du zodiaque et les symboles bouddhistes). Les pièces utilisées dans ces jeux étaient traditionnellement créées par les gens eux-mêmes, constituant ainsi une part importante de l’art folklorique mongol. De ces jeux, les échecs restent un des plus populaires, ainsi que l’un des plus anciens jeux traditionnels – quelques lettrés mongols arguent que les échecs sont en fait originaires de la Mongolie.

La société Mongole accorde également une place importante aux sports, avec des compétitions dans les « trois sports virils » – Tir à l’arc, course équestre et lutte – tenues principalement lors du festival du Naadam. Les compétences et attributs exigés dans ces sports sont celles que l’on attendait des d’hommes mongols au moyen âge. Il était important de bien tirer à l’arc dans l’art de la chasse et de la guerre ; l’équitation par excellence était essentielle dans les campagnes militaires et dans la vie quotidienne des éleveurs ; enfin, la lutte était un test de force, de rapidité et de taille, qualités masculines les plus importantes à cette époque où le succès était mesuré à la puissance physique et à la dextérité.

Les Mongols pratiquent le jeu d'échecs

Ail Ger: Le jeu de l’Ail ger est un jeu traditionnel mongol qui se joue avec des pierres, un peu de la même manière que les enfants occidentaux jouent au « papa et à la maman » avec des poupées : un petit cercle de pierres représentant la yourte est constitué; d’autres pierres sont placées à l’intérieur pour représenter les meubles et les objets domestiques ; des pierres de formes et de couleurs différentes sont assemblées hors de la « maison » et représentent les troupeaux de la famille. Ail ger a un aspect symbolique important et le voyageur tombant sur un tel jeu se doit d’ajouter une pierre représentant un nouvel animal, augmentant symboliquement la taille du troupeau de la famille et amenant ainsi la bonne chance. Quelques groupements de pierres sont supposés exister depuis plusieurs siècles, le tracé de pierres n’étant pas laissé intact mais renouvelé par chaque passant.

Le Shagai: Le Shagai, ou « osselets » est le jeu mongol le plus atypique. Il se joue avec des osselets de mouton nettoyés et polis.

Chacun des quatres côtés de l’osselet représente un animal différent – le cheval, le mouton, le chameau et la chèvre – et, bien qu’il y ait de nombreux jeux pouvant être joués avec les os, en général l’objectif est de recueillir la plupart des osselets en les lancant ou en leur donnant une chiquenaude, avec les conséquences différentes dépendant du côté sur lequel il atterrit.

En plus d’être un passe-temps pour les familles d’éleveurs, le shagai a une valeur symbolique importante. Une famille importante avec beaucoup d’animaux aura progressivement recueilli un grand nombre d’osselets, ainsi la possession de plusieurs osselets symbolise la prospérité de la famille. Autrefois, les familles qui avaient recueilli plus d’osselets qu’elles n’avaient besoin choisissaient un jour favorable et aller jouer le jeu de « la tortue multicolore » sur le sommet d’une montagne, laissant les os ensuite en offrande à la montagne ou au ciel.

Course de Chevaux: Un des jeux le plus communs de Mongolie avec le shagai est la course de chevaux.

Plusieurs osselets sont alignés pour représenter la piste, d’autres os sont placés à côté pour représenter le cheval du joueur. Les joueurs jettent les osselets et peuvent déplacer leur cheval d’une case pour chaque osselets atterrissant sur le côté « cheval ». Le premier joueur qui atteint la fin de la piste et qui revient est le vainqueur.

La Tortue Multicolore: L’Alag Malkhii, ou la tortue multicolore, est considéré comme le jeu symbolisant le mieux la richesse en Mongolie. En plus de divertissement, ce jeu, s’il est joué pour le Nouvel an, est supposé porter chance et prospérité à la famille et fertilité à ses animaux.

Il est joué avec plusieurs os correspondant à un des chiffres de chance de la foi bouddhiste – normalement 81 ou 108. Le positionnement des os symbolise les cinq éléments et couleurs en plus du corps de la tortue, qui représente lui le cosmos dans l’iconographie mongole traditionnelle. Les os, des différentes parties de la tortue ou des cinq éléments, sont pris par les joueurs sur chaque virage correspondant au lancement d’un meurt. Le jeu se termine une fois toutes les parties du corps de la tortue collectées ; le joueur qui a recueilli le plus d’osselets est désigné vainqueur.

Les échecs: Les échecs sont un des jeux traditionnels mongols les plus populaire, ainsi que l’un des plus anciens – quelques lettrés mongols arguent que les échecs sont en fait originaires de la Mongolie.

Les pièces des échecs Mongols dépeignent des nobles, des chevaux, des chameaux, des chars à bœufs ainsi que d’autres éléments caractéristiques de la vie mongole. Les échecs Mongols ressemblent plus à la version occidentale qu’aux échecs chinois. Il y a cependant des différences notables dans les règles. Par exemple, seul le pion devant la Reine peut se déplacer de deux cases lors du premier déplacement, la Reine ne peut se déplacer que d’une seule case lorsqu’elle se dirige en diagonale.

Newsletter
Recevez en exclusivité les dernières infos de l'agence Horseback Mongolia ainsi que des bons plans pour votre prochain séjour !
Votre nom
Votre Email
2016 (C) Horseback Mongolia