Les stupas en Mongolie

Le stupa, qui signifie « noeud de cheveux » en sanscrit est un élément important de l’architecture bouddhiste que l’on trouve presque dans tous les temples et les monastères bouddhistes. Les premiers stupas étaient des tombeaux contenant les restes du Bouddha ou d’autres figures bouddhistes importantes. Les corps de plusieurs Dalai Lama reposent à l’intérieur de stupas dans le Palais de Potala au Tibet.

Huit Stupas importants dans la religion bouddhiste ont également été érigés dans huit endroits différents afin de commémorer les événements marquants de la vie du Bouddha ; par exemple à Lumbini (son lieu de naissance), Bodh gaya (où il a atteint l’illumination après quarante-neuf ans de méditation sous l’arbre de Bodhi), Kushinagara (où il a atteint le nirvana), et Sarnath (où il a donné son premier cours à ses disciples). Les stupas modernes ne sont plus que très rarement construits comme monuments commémoratifs mais plutôt comme des symboles du culte. Ils contiennent des textes sacrés et les idoles plutôt que des restes humains.

Il y a différentes formes du stupa, mais sa forme générale est universelle. Le sommet du stupa représente le soleil, la lune, et une fleur de lotus, surmontant une grande flèche conique représentant l’ombrelle royale de la symbolique bouddhiste. La partie principale du stupa contient des reliques et des objets sacrés. Les stupas tibétains ont typiquement une base avec deux séries de quatre et dix marches, représentant les quatre états positifs de l’esprit (l’amour, la compassion, la joie, et sérénité), et les dix étapes dans le développement d’un Bodhishattva.

Newsletter
Recevez en exclusivité les dernières infos de l'agence Horseback Mongolia ainsi que des bons plans pour votre prochain séjour !
Votre nom
Votre Email
2016 (C) Horseback Mongolia