Le monastère de Tövkhön

Le monastère de Tövkhön se situe à une altitude de 2312 mètres, au sommet de la montagne sacrée Shireet Ulaan. Il se trouve dans la province de l'Övörkhangai, sur le territoire du sum de Bat-Ölzii. Entouré de roches et de forêts de mélèzes, il domine la vallée de l'Orkhon.

Histoire

En 1648, le jeune Zanabazar, alors âgé de 14 ans, décide de faire édifier un monastère sur la colline sacrée de Shireet Ulaan, trouvant l'endroit de bon augure. Le premier bâtiment, en bois, fut construit en 1651, au retour d'étude du Tibet du jeune Bogd Gegeen, et l'ensemble fut terminé trois ans plus tard. Zanabazar, qui était un sculpteur doué, ainsi qu'un peintre et musicien, utilisa pendant plus de 30 ans le monastère, à l'origine appelé Bayasgalant Aglag Oron, "Pays de solitude heureuse", pour sa retraite personnelle. Une cellule lui était réservée dans laquelle il venait se recueillir. C’est dans cette petite cellule de pierre qu’il aurait composé l’alphabet Soyombo, ainsi que plusieurs de ses œuvres les plus célèbres.

Le monastère fut détruit en 1688 par les Oirats lors d'une des nombreuses campagnes guerrière contre les Mongols de l'Est. Restauré en 1773, le monastère a subi de graves dommages pendant les purges staliniennes de la fin des années 1930, alors que le régime communiste de Mongolie tentait d'éradiquer le Bouddhisme du pays.

Le monastère de Tövkhön aujourd'hui

Il subsiste de cette époque deux temples et deux stupas, les autres temples furent construits au XVIIIème siècle. Le monastère a repris son activité en 1992. Il est enregistré au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1996.

Le site abrite également Ekhiin Agui, « la Grotte de la Mère », qui est composée de deux cavités. On parvient à la grotte principale en rampant. Arrivé au fond, il faut se retourner pour pouvoir s’asseoir dans la petite grotte. L’enchaînement de ces mouvements symbolise la gestation et la naissance. La fécondité sera apportée à celui qui les fera. Il est dit que les personnes en ressortant se sentent comme si elles étaient nées de nouveau.

Le monastère est entouré de roches. Parmi elles, certaines ont une valeur historique, représentant des empreintes de doigt ou de pied de Zanabazar, l'endroit où il se reposait ou le lieu où était attaché son cheval. Un amoncellement de pierres trouverait ses origines à l'époque de la guerre entre les Khalkhs et les Uulds. On raconte que l’Öndör Gegeen aurait quitté à cheval les champs de bataille en empruntant un passage sous la montagne, appelé "la Porte des Grands Plaisirs" ; il en aurait ensuite obstrué l’entrée avec une grosse pierre.

Newsletter
Recevez en exclusivité les dernières infos de l'agence Horseback Mongolia ainsi que des bons plans pour votre prochain séjour !
Votre nom
Votre Email
2016 (C) Horseback Mongolia